Suivez-nous sur Facebook:

Jamel Debbouze : Enfin les explications sur son accident !

Les raisons de l’accident de Jamel Debbouze dévoilées !

Depuis maintenant plus de 25 ans, Jamel Debbouze a dû affronter la justice pour une accusation de meurtre sur son ami à multiples reprises. Malgré le fait qu’il a été déclaré innocent, des zones d’ombre sont toujours présentes…

Tout a commencé le 17 janvier 1990 alors que l’humoriste était âgé de 15 ans. Accompagné de son ami « Popol » âgé dé 16 ans, c’est à la gare de Trappes que le drame s’est déroulé.

En effet, les deux jeunes garçons se sont fait faucher par un train Nantes-Paris, ce qui a fait perdre le bras droit à Jamel, et la vie à Jean-Paul. Les parents de ce dernier sont persuadés que l’humoriste est coupable du décès de leur fils, et demandent justice :

« J’affirme que Jamel Debbouze est l’assassin de mon fils, c’est lui qui a poussé mon fils sous le train… »
« Jamel est venu chercher mon fils ce jour du 17 janvier 1990 chez nous à Guyancourt. Il était 17 h. Jamel était accompagné de deux autres personnes. Ils ont obligé mon fils à monter dans le bus, puis dans le train. Et ensuite le drame est arrivé. »

Elle poursuit :

« Tout ça parce que Jamel, qui n’a jamais été le copain de mon fils contrairement à ce que certains ont prétendu, il a piégé mon fils en lui cachant qu’il était accompagné de voyous qui en voulaient, tout comme lui, à son blouson ; blouson que l’on n’a d’ailleurs jamais retrouvé. On ne nous a rendu que le corps. Oui, c’est bien Jamel qui a tué mon fils en organisant cette embuscade et en poussant mon fils sur la voie ferrée ! »

Des accusations graves, qui ont beaucoup perturbé Jamel Debbouze. Ce dernier a été poursuivi pour homicide involontaire, mais a été innocenté deux fois par la justice.

Mais la maman de son ami continue :

«  Immédiatement après l’accident, plusieurs témoins du drame ont affirmé sans hésitation que c’est Jamel Debbouze qui avait poussé mon fils sur la voie ferrée. […] Le seul problème est que les témoins ont tous retourné leurs vestes, quand ils sont arrivés au commissariat de St Cyr l’Ecole, tous sauf une jeune fille. »

La justice quant à elle, a donné sa propre version. Jean-Paul est sorti avec son ami Jamel, et ont pris le RER jusqu’à la gare de Saint-Quentin vers 20h. Les deux jeunes hommes se sont engagés sur la double voie malgré l’annonce de l’approche du train, et « Popol » est décédé sur le coup. Jamel lui, a eu le temps de monter sur le quai opposé, mais y a laissé son bras droit.

De son côté, l’humoriste ne dit rien concernant cet accident, parlant seulement de son handicap :

«  Quand le médecin est venu et m’a appris que je ne pourrais plus bouger le bras, il avait des stylos dans sa poche. Je lui ai demandé de m’en prêter un et je me suis immédiatement mis à écrire de la main gauche. Sans réfléchir, j’ai pris ma douleur à crédit. »

Quoi qu’il en soit, Jamel n’oubliera jamais ce qui s’est réellement passé…